Ce qui suit contient des spoilers pour l’histoire « Two Birds, One Stone » de Batman # 127, maintenant en vente chez DC Comics

L’histoire secondaire de Batman # 127 (par Chip Zdarsky, Belén Ortega, Luis Guerrero et Clayton Cowles de VC) voit Catwoman découvrir la vérité derrière la disparition apparente du Pingouin. Il s’avère qu’Oswald est bel et bien vivant et dirige un magasin de fleurs à Metropolis. Malgré une sortie très désordonnée de la pègre de Gotham, il semble que The Penguin ait réalisé ce qu’aucun méchant de Batman n’ait jamais réussi : la retraite. Après qu’Oswald ait simulé sa propre mort, encadrant Batman dans le processus, une guerre a éclaté entre ses héritiers, tous sauf deux ayant été assassinés. Simultanément, une guerre des gangs a éclaté pour le contrôle de l’empire criminel du Pingouin.

Dans toute cette confusion, il était simple pour Oswald de s’éclipser, en utilisant un comptable tordu pour se procurer suffisamment d’argent pour s’établir une nouvelle vie à Metropolis. Ici, il espère briser le cycle de la violence, et il semble qu’il ait réussi. Il n’est pas surprenant que de tous les voleurs de Batman, Penguin soit celui qui a réussi à reconnaître ce schéma et à s’en extraire. Il a toujours été le plus avisé et le plus rationnel des ennemis du Chevalier noir, dirigeant son empire criminel avec intelligence et une efficacité impitoyable. Reste à savoir si ces qualités peuvent rendre sa retraite heureuse et permanente.

le-pingouin-mort-batman-127-dc-comics

Penguin n’est pas le premier méchant à sortir de Gotham City. Il n’est même pas le premier à simuler sa mort pour le faire. Batman éternel # 51 (par James Tynion IV, Scott Snyder, Ray Fawkes, Kyle Higgins, Tim Seeley, Álvaro Martínez Bueno, Raúl Fernández, June Chung et John J. Hill) a vu le méchant Cluemaster sembler mourir aux mains d’Owlman, seulement à découvrir bien vivante par sa fille Stephanie Brown (l’actuelle Batgirl). Comme Oswald, Cluemaster a simulé sa mort pour échapper au cycle de combat contre Batman. Contrairement au Pingouin, cependant, Cluemaster poursuit sa vie de crime, juste dans une ville différente.

Peut-être une comparaison plus étroite avec la retraite d’Oswald est la retraite du méchant classique de Batman, Catman. Marre d’être traité comme une blague par ses compagnons criminels, Thomas Blake a pris sa retraite pour vivre avec une troupe de lions en Afrique. Blake avait reconnu le piège dans lequel il se trouvait, déplorant d’être toujours en fuite et de ne jamais profiter du butin de ses crimes. Malheureusement pour lui, sa retraite a été de courte durée, car la Société secrète des super-méchants l’a ramené à une vie de crime. De même, les nombreuses retraites de Two-face ont été de courte durée, le personnage redevenant toujours un méchant. C’est le modèle de la retraite apparente de tout voleur.

Il y a cependant un groupe de méchants qui brisent ce schéma. Malheureusement, The Penguin ne semble pas intéressé à rejoindre leurs rangs. Plusieurs voleurs clés de Batman semblent avoir abandonné leurs activités criminelles pour de bon, mais pas pour prendre leur retraite. Au lieu de cela, ces super-vilains ont tenté d’être leur propre genre de héros. Le meilleur exemple étant Harley Quinn. Elle a eu une révélation personnelle, réalisant le mal que ses actions avaient causé et a décidé de tenter de se racheter.

pingouin-confession-batman-127

Cela ne semble pas être sur les cartes pour The Penguin. Comme Batman #127 montre, il n’a aucun regret sur sa vie de crime, aucun scrupule à garder ses gains mal acquis et aucun amour à épargner pour la famille Bat. Au contraire, ses derniers mots dans le numéro le voient encourager ses successeurs à détruire le chevalier noir qui a fait de sa vie un enfer. Ce sont peut-être ces mêmes successeurs qui permettent au Pingouin de profiter d’une retraite tranquille. Il y a après tout un autre groupe de voleurs qui ont définitivement échappé à Batman : ceux qui ont transmis leur titre à la génération suivante.

Le plus notable d’entre eux serait Basil Karlo, le Clayface original. Sa sortie de Gotham après les événements de Batman #981 (James Tynion IV, Eddy Barrows, Eber Ferreira, Adriano Lucas et Sal Cipriano) a été relativement permanent, ne revenant défendre Gotham que lors des événements de « Fear State ». Le décès de Karlo de son alter ego à Matt Hagen a permis à l’ancien acteur de profiter d’une retraite tranquille, tandis qu’un Clayface reste toujours à Gotham. Peut-être qu’avec les enfants d’Oswald prenant le contrôle de son empire criminel, il pourra profiter de la même paix.