D’un Pakistan en train de se noyer, battu par des inondations à une Californie en flammes consumée par le feu, le monde tel que nous le connaissons est en train de mourir d’une mort atroce. Les personnes les moins responsables de la création de la crise, les pauvres et les démunis, seront les premières à subir le poids de la brutalité d’une planète qui se réchauffe. Ce n’est pas seulement une menace future imminente, c’est déjà là.

C’est dans ce déclin précipité que Came directeur Daniel Goldhaberest incisif et incendiaire Comment faire sauter un pipeline apparaît comme une œuvre qui montre la prochaine étape de la lutte contre l’anéantissement. Opérant dans la veine de films comme Kelly Reichardc’est Mouvements de nuit et Paul Schraderc’est Premier réformé, il entreprend une nouvelle excavation brûlante du nerf brut qui vient de vivre dans l’ombre de la mort pendant si longtemps. C’est un portrait cinématographique douloureux mais poétique d’un groupe de personnes engagées prêtes à tout risquer pour déplacer l’aiguille, offrant une fenêtre sur un avenir où le sabotage pour sauver tout ce qu’il nous reste est presque inévitable.

Tout cela peut sembler plutôt sombre, mais rien de moins serait en deçà de la réalité de notre situation actuelle ainsi que du matériel source sur lequel il est basé. Pour l’appeler une adaptation du manifeste du même nom par Andreas Malmqui vaut lui-même la peine d’être lu comme une bête à part entière, serait pour sous-estimer ses réalisations. Inévitablement, une grande partie de l’analyse et des idées fournies par l’auteur doivent être poncées. Les idées sont condensées dans des conversations qui, bien que fugaces, restent à la fois évocatrices et efficaces pour établir ce qui est en jeu.

Quand c’est le cas, on met en pratique comment l’idée centrale avancée par Malm prendrait forme et synthétiserait l’imagination radicale au cœur de son argumentation. Le fait que le livre lui-même fasse une apparition rapide pour que les personnages discutent brièvement dans une librairie avant de souligner qu’il ne vous dit pas réellement comment faire le sabotage est instructif pour comprendre son point de départ. C’est un film de braquage méticuleusement construit où ce qui est volé n’est pas de l’argent, mais le contraire. C’est un vol de salut pour l’avenir. Ils tenteront, conformément au titre, de faire sauter un pipeline à plusieurs endroits dans l’ouest du Texas.

tiff-social

Entreprendre cette mission est une distribution d’ensemble aussi distincte et bien réalisée que toutes celles que vous verrez cette année. Tous sont différents, issus de divers horizons, mais sont unis dans une compréhension aiguë de la dévastation à laquelle sont confrontés les opprimés. Il y a le leader en quelque sorte à Xochitl, joué avec assurance par Ariela Barer qui a également co-écrit le film avec Goldhaber et Jordan Sjol. Elle représente la pointe de la lance du sabotage, mais chaque personnage est crucial pour créer une coalition. Bien sûr, cela signifie que l’un d’entre eux échouerait pourrait condamner le reste.

Il y a Michael, dont l’intensité est rendue vivante par un fantastique Forrest bonne chance, l’expert en bombes. Il y a Theo, capturé par le sous-estimé Sasha Laneet sa compagne Alisha, pleinement incarnée par Jayme Lawsonainsi que le duo romantique moins discipliné mais indéniablement authentique de Logan (Lucas Gage) et Rowan (Kristine Froseth). Pour compléter l’équipe, Shawn (Marcus Scribner) qui amène Dwayne (Jake fatigué) après l’avoir rencontré en train de réaliser un documentaire creux. Cela en soi démontre la conscience de Goldhaber de son propre rôle de cinéaste et l’impact limité qu’il peut vraiment avoir pour faire changer les choses.

Ce qui lie les personnages, c’est la façon dont ils se sont tous épuisés à se battre de la «bonne manière». Ils ont protesté et fait pression pour être ignorés alors que les roues de la mort continuent de tourner. Tous les recours juridiques supposés ont été rendus inutiles car le profit passe avant tout. Ils ont subi des pertes dévastatrices d’êtres chers à cause de vagues de chaleur soudaines et souffrent eux-mêmes des effets de la pollution qui se déroule juste à côté.

Goldhaber observe cela avec la patience nécessaire pour que, même si le film parle de la tension à cliquet du plan, nous ne perdions jamais de vue leur humanité. La façon répétée dont il reviendra lorsque les choses tourneront mal pour retracer comment tous les personnages y sont arrivés insuffle à tout une sensibilité sombre. Il n’y a pas de gloire ou de frisson dans ce qu’ils essaient de faire car tout ce qu’ils ont dû endurer en a fait une nécessité. Aucun d’entre eux n’entre dans cela à la légère et le film est assis avec la peur suffocante. Ils pourraient se faire exploser s’ils se trompaient sur un seul détail.

comment-démanteler-un-pipeline-film

De nombreuses séquences tendues où ils construisent et placent les bombes rendent ce danger terriblement réel. Il y a aussi la possibilité terrifiante qu’ils échouent complètement et risquent toujours la prison à vie. Les détails du plan sont solides, bien qu’ils ne puissent pas contrôler toutes les variables possibles car il y a tellement de choses qui peuvent mal tourner et qui tournent mal. Pourtant, cette volonté de tout risquer est précisément le point. Pour chacun d’entre eux, faire face à tous ces risques et poursuivre leur tentative est la réalité dans laquelle ils ont été enfermés. Lorsque toutes les autres options de changement leur ont été exclues, voici le résultat. Aucun des personnages ne se fait d’illusions sur ce fait de tout arranger, mais ils s’inspirent de la thèse centrale de Malm sur la valeur critique de l’action radicale opérant en tandem avec tout ce qu’ils avaient fait auparavant.

Au service de cela, Goldhaber et directeur de la photographie Tehillah De Castro évitez délicatement la façon dont nous visualisons généralement un braquage. Ils le font d’une manière mesurée qui évite que quoi que ce soit ne se sente trop lisse ou sensationnel, en utilisant un cadrage plus ciblé dont la simplicité semble plus authentique, en particulier lorsqu’il est entrelacé avec une partition tactile. Il s’éloigne d’être flashy pour se concentrer plutôt sur les sentiments de chaque instant. Bien qu’il y ait un moment où un effet moyen aurait mieux valu se produire hors écran, il passe assez rapidement. Tout cela donne un film à la fois vaste et concentré, abordant l’une des questions les plus pressantes auxquelles sont confrontés les gens aujourd’hui dans les limites d’une opération de sabotage de deux jours.

Il y aura certainement des discussions politiques sur l’œuvre elle-même, ainsi que sur la réponse critique à celle-ci et sur les manières dont elle a pu avoir à faire des compromis pour avoir un attrait plus large. De telles inquiétudes quant à la nature de cette approche cinématographique sont saines, car les œuvres radicales adaptées pour un appel de masse doivent encore faire l’objet d’une réflexion rigoureuse. Cependant, malgré toutes les façons dont il a pu être limité par le besoin de plaire à un public plus général suffisamment pour se mettre devant lui, les idées qu’il introduit en contrebande dans ce qui est essentiellement un film de genre représentent une audace qui dépasse la plupart des productions américaines de la dernière décennie. Avec son travail de caractère fort qui s’entremêle avec une histoire saisissante de sabotage, How to Blow Up a Pipeline est une tapisserie fascinante du sort auquel est confronté le mouvement moderne pour la justice climatique.

Évaluation: UN